Général

Riot Games retarde l’enquête sur le harcèlement sexuel, affirme le juge

Outre Activision Blizzard, le California Justice, aux États-Unis (États-Unis), analyse également l’affaire impliquant des « pratiques illégales sur le lieu de travail » au sein de Riot Games, selon un communiqué publié ce mardi (17). Le développeur de ‘League of Legends’ et ‘Valorant’ a reçu publiquement « une prostituée » pour avoir, une fois de plus, retardé les enquêtes sur des épisodes impliquant des abus, des discriminations et du harcèlement sexuel.

A lire également : Casquette homme : comment bien la choisir ?

La déclaration du California Department of Housing and Fair Employment (DFEH) accuse l’entreprise de ne pas avoir correctement informé « plus de 100 employés » sur le droit de parler au gouvernement des cas de harcèlement, de discrimination et de toute forme de violence. Devant les tribunaux, l’entité demande à la direction de l’État de « forcer Riot Games Inc. à se conformer à l’ordre d’envoyer un avis aux travailleurs concernant leurs droits de contacter » la Cour.

En 2018, une enquête approfondie menée par le site Kotaku a révélé que le studio promeut un environnement « dans lequel les entrepreneurs ont été harcelés, sous-estimés et rejetés pour promotion ». En novembre de cette année-là, un employé actuel et un autre ancien employé ont déposé un recours collectif accusant Riot de « discrimination fondée sur le sexe ». Un an plus tard, Riot a résolu l’affaire en investissant 10 millions de dollars dans le versement d’une rémunération aux employés actuels et anciens qui ont travaillé au sein de l’entreprise entre 2014 et 2019.

A découvrir également : Netflix publie des affiches « The Witcher : Nightmare of the Wolf »

Le PDG de Riot, Nicolo Laurent, a même été accusé d’avoir harcelé un assistant exécutif, mais le groupe de travail spécial chargé d’enquêter sur la réclamation n’a trouvé aucune « preuve » de transgression.

Riot Games retarde l’enquête sur le harcèlement sexuel, affirme California Justice. Image : Piotr Swat/Shutterstock.com

L’enquête menée par le DFEH souligne également qu’il existe un accord secret entre l’entreprise et les employés qui « leur interdit de parler ouvertement avec le gouvernement au sujet d’éventuels cas de harcèlement sexuel et d’autres violations ». Pour cette raison, le ministère a demandé aux tribunaux californiens de forcer Riot à émettre un avis explicite informant les employés des droits de s’adresser à la Cour indépendamment de ce qui s’est passé ou de tout accord contractuel qu’ils ont pu signer.

Le DFEH déclare également que ces accords ont, en plus d’un ton intimidant et menaçant, « un effet inhibiteur sur la volonté des individus de présenter des informations qui peuvent être importantes pour la justice, car il vise à promouvoir (…) l’élimination des preuves sur la discrimination et le harcèlement dans la lieu de travail ».

Les tribunaux ont répondu à la demande du ministère et ont ordonné à Riot Games d’émettre un avis correctif et public aux employés. Cependant, comme le dit la Justice californienne, l’entreprise ne l’a pas encore fait deux mois plus tard. a envoyée à l’entreprise, mais sur le portail technologique The Verge, Riot a déclaré que « des avertissements sont envoyés aux anciens employés pour confirmer que les accords de résiliation de l’entreprise n’ont jamais interdit de parler au gouvernement ». Le porte-parole du promoteur a également réfuté les allégations de DFEH concernant les tentatives d’omission d’informations, soulignant que « rien n’est convenu qui interdit à l’ancien employé ou actuel de signaler à la justice d’éventuelles violations des lois ou réglementations fédérales/étatiques ».

Sources : Kotaku et The Verge

Chaque mois, obtenez des objets exclusifs, des jeux gratuits,
un abonnement gratuit sur Twitch.TV et plus encore
avec votre abonnement Prime.
Cliquez ici pour obtenir un essai gratuit de 30 jours.