Général

L’étoile Betelgeuse perd de sa luminosité, selon les scientifiques

L’étoile Betelgeuse, située dans la constellation d’Orion, perd progressivement de sa luminosité, selon un article publié dans le journal Nature Communications. L’étude corrobore les conclusions obtenues lors de recherches antérieures, publiées en juin de cette année.

Sujet a lire : Epic Games Store publie deux jeux gratuits jusqu'au 7 octobre ; sachez lesquels

Selon une équipe d’astronomes chinois qui signent l’auteur de l’article, Betelgeuse a un « point nouveau, plus grand, plus froid et plus sombre », ce qui contribue au refroidissement de sa température et, par conséquent, à la diminution de sa luminosité. Des points similaires, quoique plus petits, ont été signalés par la communauté astronomique au premier semestre.

A lire aussi

En parallèle : Pourquoi externaliser des tâches administratives en entreprise ?

L’étoile Betelgeuse, située dans la constellation d’Orion, a perdu de la lumière selon des études scientifiques. Image : Jurik Peter/Shutterstock

Dans les deux cas, les « points » sont le résultat de bulles de gaz éjectées par l’étoile, ce qui a entraîné la condensation d’éléments plus lourds en particules et en poussière, obscurcissant la lumière émise. En d’autres termes, réfléchissez à la façon dont la fumée noire dans l’atmosphère éblouit la lumière du soleil et assombrit votre vision.

La première réduction de la lumière de l’étoile Betelgeuse a été remarquée en décembre 2019, lorsque la plus petite luminosité pouvait être perçue même à l’œil nu (l’étoile est visible depuis la Terre). À partir de là, les astronomes ont déclaré une baisse de luminosité de 35 % dès février de l’année suivante, et la tendance à la baisse s’est poursuivie jusqu’à ce jour.

« Notre méthode était basée sur la mesure de l’oxyde de titane (TiO) et du cyanure moléculaire (CN) dans la classification des étoiles », a déclaré Sofya Alexeeva, chercheuse aux Observatoires nationaux astronomiques de l’Académie chinoise des sciences (NAOC) et co-auteur de l’article. « Plus une étoile est froide, plus ces molécules peuvent se former et survivre dans l’atmosphère, et les lignées moléculaires sont plus fortes dans le spectre des étoiles. Dans une atmosphère plus chaude, ces molécules s’effritent plus facilement. »

L’analyse a mis en évidence une baisse considérable de la température généralisée, allant de 3 372,85 degrés Celsius (ºC) à 3 202,85 ºC, ce qui, selon les analystes, était dû à la formation d’une large lignée moléculaire des composés chimiques déjà mentionnés devant l’étoile, dans ses points froids.

Alexeeva et son équipe suggèrent que cette formation a été fixée à un point précis, d’où l’impression « aplatie » que nous avons de l’étoile Betelgeuse lorsque nous la voyons depuis la Terre.

Selon certains chercheurs, ce sont là des signes que Betelgeuse entre dans la phase supernova — un nom attribué à la dernière partie de la vie d’une étoile, lorsqu’elle explose et « meurt », ce qui peut céder la place à une étoile à neutrons ou à un trou noir, selon la masse de l’étoile et sa richesse en métaux, ou métallicité.

L’étoile Betelgeuse est ce que les astronomes évaluent comme de la même classification… dans environ 5 milliards d’années, alors qu’elle devrait tellement grandir qu’elle va avaler la Terre. En d’autres termes, elle est déjà âgée par rapport à notre « astro-roi ».