Santé

Que faire s’il y a une décharge purulente dans la glande thyroïde ?

Selon la recherche, l’incidence des nodules thyroïdiens chez les femmes est un peu plus fréquente que chez les hommes. Le déplacement des proportions entre les deux sexes peut s’expliquer par le fait que la maladie survient souvent pendant la grossesse et dans la période suivante.

A lire aussi : L’ hypertension artérielle, les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux : c’est ce que fait l’alcool

Pour le bon fonctionnement de la glande thyroïde, l’iode est nécessaire, et quatre cinquièmes de notre pays sont parmi les zones de carence modérément en iode due à une teneur insuffisante en iode dans l’eau potable.

Pendant la grossesse, le besoin d’iode du corps est plus élevé que la moyenne, et l’apport insuffisant d’iode peut facilement faciliter le développement de nodules thyroïdiensou l’élargissement des nodules existants. Cependant, il est important de souligner que l’iode anorganique (peut contenir des vitamines de protection fœtale, suppositoires Betadin et solution) peut provoquer une exacerbation de la maladie chez les patients atteints de thyroïdite, et en cas de surfonctionnement de la glande thyroïde pustuleuse, aggravation de la maladie !

Cela peut vous intéresser : 7 aliments que vous ne devriez pas chauffer en micron

En plus de la carence en iode et de la grossesse insuffisamment alimentée en iode, le tabagisme joue également un rôle décisif dans la formation de nodules froids et chauds. En plus de la liste, les facteurs héréditaires jouent un grand rôle dans le développement de la maladie, en outre, l’apparition de nodules thyroïdiens est plus fréquente non seulement chez les femmes, mais aussi dans la vieillesse et après irradiation externe.

Froid ou chaud ? — la lésion n’est pas seulement un problème esthétique

Pour les maladies purulentes de la glande thyroïde, dans la plupart des cas, le gonflement qui apparaît dans la partie antérieure du cou est appelé attention. Cependant, les nodules ne sont pas simplement un problème esthétique. Les nodules dits chauds peuvent provoquer une hyperfonction thyroïdienne, et les nodules froids représentent une menace potentielle en raison de la transformation tumorale.

Le test isotopique peut être déterminé dans quel groupe la lésion est classée. Le nodule chaud stocke un isotope à un degré accru, dans l’image de test, il a une couleur rouge, c’est pourquoi il a été appelé un nodule « chaud ». Le patient peut ressentir la différence dans le fait que les symptômes de l’hyperfonction sont attachés à la fosse chaude une zone vide « froide » est représentée. Une partie des nodules froids peut être maligne, donc dans ces cas, l’examen cytologique est obligatoire.

Études complexes

Dans tous les cas, la glande thyroïde nécessite un examen, sa taille, son nombre et sa fonction doivent être clarifiés. Pour établir un diagnostic précis, après un interrogatoire détaillé du patient, l’enregistrement de l’anamnèse, un examen physique de la région cervicale est effectué, suivi d’une échographie de la glande thyroïde. Lors de l’examen physique, en règle générale, les nodules de plus de 1 cm sont bien palpables. Cependant, avec l’expansion des diagnostics par ultrasons (UH), la présence de nodules sensiblement plus petits peut être révélée. L’étude UH convient non seulement pour le diagnostic, mais aussi pour déterminer la taille des nodules et pour le suivi.

Un élément essentiel pour établir un diagnostic précis est la détermination de l’hormone TSH par prélèvement sanguin, et l’étude isotopique mentionnée précédemment. L’ étude isotopique (scintigraphie) donne une réponse à la nature fonctionnelle du nodule (nodule chaud ou froid). Et effectuer une biopsie, en particulier dans le cas de nodules froids, est nécessaire pour l’examen des lésions malignes possibles.

La chirurgie n’est pas la seule solution

La thérapie des nodules thyroïdiens est toujours individuelle, est effectuée d’une manière appropriée à l’état du patient. Dans ce qui suit, les options de traitement sont décrites en général.

L’ un des principaux problèmes dans le traitement des nodules est la suppression de la formation de TSH. Le niveau élevé de TSH persistant contribue à une augmentation du nombre de nodules froids et chauds. Cependant, il est caractéristique que les nodules chauds et froids se comportent essentiellement de manière autonome après un certain temps, c’est-à-dire qu’ils augmentent même sans la présence de TSH.

En cas de croissance du nodule, en outre, si un examen cytologique révèle une suspicion d’une tumeur , la chirurgie est effectuée.

Gande thyroïde qui n’est pas maligne et qui prend de l’iode Après des doses relativement faibles d’iode radiologique pour traiter les patients, la maladie de Basedow peut se développer et les symptômes oculaires peuvent s’aggraver.

L’ administration d’été de médicaments pour la maladie de la thyroïde diffère de l’hiver. Continuez à lire.

Pendant la thérapie isotopique, la substance active est administrée par voie orale dans le corps, qui « fouille » l’organe affecté, le changement pathologique. L’essence du traitement est que l’iodisotope détruit la cellule thyroïdienne qui la prend, éliminant ainsi l’hyperthyroïdie. Le traitement isotopique est efficace en cas d’hyperthyroïdie purulente chaude.

Certains des nodules bénins sont appelés tuyaux thyroïdiens, en particulier kystes, pour lesquels la chirurgie est généralement recommandée pour l’enlèvement. Cependant, il y a des cas où la chirurgie peut être évitée. L’essence de la sclérose est que diverses substances – tétrans utilisés, maintenant des préparations à base d’alcool – sont injectées dans le kyste ou le nodule et après l’inflammation stérile résultante, les parois du kyste collent ensemble et le nodule est absorbé.

Il est important que cette procédure ne convient qu’aux nodules bénins. Avec son aide, les patients peuvent éviter la chirurgie et souvent même des interventions chirurgicales supplémentaires.